Son timbre sombre et riche associé à son goût pour la création a permis à Camille Merckx de se faire remarquer ces dernières saisons dans plusieurs opéras contemporains.  Ainsi, après sa prise de rôle Le Ministre/ La Mère (Into the little Hill de G. Benjamin) au théâtre de l’Athénée puis à l’opéra de Lille dirigé par Alphonse Cemin et mis en scène par Jacques Osinsky, elle a été invitée à faire ses débuts au Teatro Real de Madrid avec ces mêmes rôles dans une nouvelle production dirigée par Tim Murray et mise en scène par Marcos Morau/ La Veronal. En 2019, elle a créé le rôle de La reine/ La secrétaire/ La maitresse de maison  (Trois Contes  de G. Pesson) à l’opéra de Lille, opéra qui sera repris cette saison à Rennes, Nantes et Rouen. Elle a également incarné une Voix (Jakob Lenz de W. Rihm) au Festival d’Aix en Provence dans la production d’Andrea Breth.

Sortie diplômée brillamment du Département pour Jeunes Chanteurs du CNR de Paris et de la Sorbonne avec une licence de musicologie, Camille Merckx a interprété le rôle-titre de La Folie (Le Carnaval et la Folie de A. C. Destouches) à l’Opéra Comique sous la direction d’Hervé Niquet.  Elle a ensuite poursuivi sa formation au sein de l’opéra studio de la Chapelle Musicale Reine Elizabeth et de La Monnaie à Bruxelles (Belgique). Elle a ainsi pu y travailler sous la direction de Carlo Rizzi, Alain Altinoglu, Marc Minkowski, Laurent Pelly, Olivier Py… dans les rôles de Garcia (Don Quichotte de J. Massenet), Dame d’honneur  (les Huguenots de G. Meyerbeer) et Musico (Manon Lescaut de G. Puccini).

A l’opéra, les années suivantes ont été marquées par plusieurs prises de rôle: Sorceress (Dido and Aenas de H. Purcell) au Festival d’automne en Normandie, Dryade (Ariadne auf Naxos de R. Strauss) au théâtre de l’Athénée, Flosshilde (Ring de R. Wagner) au Teatro Valli de Reggio Emilia, Isaura (Tancredi de G. Rossini) à l’Opéra de Lausanne, mais aussi Ottavia (L’Incoronazione di Poppea de C. Monteverdi), le rôle-titre de Carmen de G. Bizet et Dulcinée (Don Quichotte de J. Massenet).

Attachée à l’intime qui s’exprime dans la mélodie et le lied, elle s’est produite en France et en Belgique dans des programmes autour de J. Brahms, de G. Mahler et de A. Dvorak, mais aussi dans un programme de mélodie française avec le pianiste Alain Muller au Petit Palais à Paris en 2018. Avec orchestre, elle a également pu interpréter Das Lied von der Erde de G. Mahler dirigé par Maxime Pascal au Nouveau siècle à Lille en 2014, avant de chanter la version de cette œuvre arrangée par A. Schoenberg au Festival de Maribor en Slovénie.

Son intérêt pour la création contemporaine et l’échange avec les compositeurs s’est aiguisé au fil des ans. Celui-ci a notamment été marqué par sa rencontre avec l’ensemble Le Balcon dirigé par Maxime Pascal, avec lequel elle a collaboré à plusieurs productions d’opéra dans lesquels elle a chanté Femme III (I/(I)/I Femmes de M. Suarez Cifuentes) et Alma (Avenida de los Incas 3518 de F. Fiszbein). En 2017, elle a été invitée par trois ensembles à chanter Le Marteau sans Maître de P. Boulez : à l’abbaye de Royaumont où elle a profité des conseils de Péter Eötvös, à la bibliotecà Luis Angel de Bogotà (Colombie) avec Le Balcon, puis au Teatro Colon de Buenos Aires (Argentine).

Formée aux agréments et aux différents styles de la musique des XVIIème et XVIIIème siècles, Camille s’est également produite tout au long de sa carrière dans des récitals autour de compositeurs tels que B. Strozzi, C. Monteverdi, M. P. de Montéclair, L. N. Clérambault… En explorant ce répertoire, elle s’est passionnée pour la viole de gambe, instrument qu’elle pratique maintenant depuis plusieurs années.

Répertoire

Opéra

 

  • ​BacriFleur et le Miroir magique – L’Oiseau*
  • BenjaminInto the Little Hill – Contralto*
  • Bizet – Carmen – Mercedes*, Carmen*
  • BrittenAlbert HerringNancy
  • DestouchesLe Carnaval et la Folie – la Folie*
  • DonizettiAnna Bolena – Smeton
  • Donizetti – Lucrezia Borgia – Mafio Orsini
  • FiszbeinAvenida de los Incas 3518 – Alma*
  • Filidei – L’Inondation – la Voisine
  • GlückOrphée et Eurydice – Orphée
  • GounodFaust – Dame Marthe*
  • Haendel –  Rinaldo – Goffredo              
  • Haendel – Alcina – Ruggiero
  • LullyAtys – Cybèle
  • Massenet Don Quichotte – Garcias*, Dulcinée*
  • Massenet – Thérèse – Thérèse
  • Massenet – Manon – Rosette*
  • MenottiLe Consul – La mère
  • Mernier La DisputeHermiane
  • MeyerbeerLes Huguenots – la Dame d’honneur*
  • Monteverdi –  L’incoronazionne di Poppea
                                  Ottavia* et Arnalta*
  • Monteverdi – Orfeo – Messagiera
  • Offenbach – Les Contes d’Hoffmann
                               Nicklaus* et La Mère*
  • Pesson – Trois contes – La Reine*, La Secrétaire*
  • PucciniSuor Angelica – Suor Zelatrice*
  • Puccini – Il tabarro – Frugola*
  • Puccini- Manon LescautMusico*
  • PurcellDido and Aenas – Sorceress*, Dido
  • Ravel –  L’heure espagnole – Conception
  • Rihm –  Jakob Lenz – une voix*
  • Rossini –  L’Italienne à Alger – Isabella
  • Rossini – Tancrède – Isaura*
  • StraussAriadne auf Naxos – Dryade*
  • Strauss – Salomé – le Page
  • TchaïkovskyEugène Oneguine – Olga
  • Verdi – Rigoletto – Maddalena*
  • WagnerDas Rheingold – Flosshilde*

Concert

 

  • BoulezLe Marteau sans Maitre*
  • Brahms – Zwei Gesänge op.91*
  • Brahms – Alt Rhapsodie
  • Clérambault Médée*
  • Duruflé Requiem*
  • Dvorák – Requiem*
  • DvorákMass in D*
  • Haydn Ariane à Naxos*
  • MahlerDas Lied von der Erde*
  • MahlerRückert Lieder*
  • MahlerLieder eines fahrenden Gesellen*
  • MahlerUrlicht – symphonie n°2
  • MonteclairLa mort de Didon*
  • MonteverdiLettera amorosa*
  • MozartRequiem*
  • Pergolesi Stabat Mater*
  • RachmaninovVêpres*
  • Suarez Cifuentes – I/(I)/I Femmes*
  • Suarez CifuentesHétérochronies*
  • VerdiRequiem*
  • VivaldiNisi Dominus*
  • VivaldiStabat Mater*

 

                                                          *Chanté en scène